dimanche, mars 29, 2020

Faire un bon pitch: WeWork Labs met ses startups à l’honneur

Accueil L'actu Faire un bon pitch: WeWork Labs met ses startups à l’honneur

Faire un bon pitch: WeWork Labs met ses startups à l’honneur

3 décembre 18h30, les startups du 198 Avenue de France sont en ébullition. Dans quelques instants, les fondateurs des startups présentes au Labs auront quelques minutes pour faire un pitch convaincant. Si la plupart des intervenants sont des chefs d’entreprises expérimentés, le pitch n’est jamais un exercice facile. Pourtant, il est essentiel de maîtriser cet art dans l’écosystème startup. Fort heureusement, les entrepreneurs ont été accompagnés dans l’élaboration de leurs pitchs. Le résultat ? Une soirée réussie, des pitchs convaincants et un auditoire comblé. Retour sur cet évènement haut en couleur avec Sébastien Claeys, Allan Benguigui, Olivia Hervy, Jeremy Navon et Gabriel Schemoul.

Startups Pitch: c’est en forgeant qu’on devient forgeron

“Le charisme, ça n’existe pas. Tout le monde peut réussir à faire un bon pitch. Il est vrai que certains sont plus doués que d’autres, mais il y a des méthodes, des techniques, avec du travail, il est possible de les maîtriser.” C’est par ces paroles que Jeremy Navon co-fondateur de PitchMasters commence quand on lui parle de la difficulté du pitch. Avec son associé Gabriel Schemoul, ils aident depuis plusieurs années les entrepreneurs à prendre la parole en public. “Lors des events startups que nous organisions, nous avions remarqué que beaucoup de personnes avaient du mal à pitcher leur concept. Ce qui est dommage, c’est qu’ils avaient souvent de bonnes idées, ils n’arrivaient malheureusement pas à les mettre en forme.” C’est de ce constat que les deux amis sont partis pour créer leur boîte, ils collaborent aujourd’hui avec des startups, comme avec des grands groupes. Comment ont ils aidé les startups du WeWork Labs à maîtriser l’art du pitch ?

Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément

La citation de Nicolas Boileau ci-dessus exprime assez bien la méthode des deux compères. L’art du pitch ne se résume pas à un exercice de pure rhétorique ou, pire encore, à un enfumage pur et simple. Bien au contraire, il repose sur une structure claire et des idées qui sont au centre du discours. C’est d’ailleurs ce sur quoi les “pitch masters” se sont concentrés pour aider les startups. Selon Jeremy et Gabriel, le modus operandi de la préparation d’un pitch est le suivant:

  • Le fond: Il faut réfléchir à trois facteurs importants pour savoir ce que l’on va dire: l’objectif, la cible et le message. Il faut réussir à démontrer que la solution proposée répond à un besoin véritable. Après avoir déterminé cette base, il faut passer à l’écriture. Cette étape s’articule autour du choix de mot clés et de grandes idées qui guident la présentation. Enfin, il faut s’approprier le discours en le répétant. Par exemple, iPaidThat répond au besoin de gain de temps sur les activités de compta des entrepreneurs en automatisant toutes les tâches à faible valeur ajoutée. 
  • La forme: Elle englobe tous les aspects non verbaux, la voix, le corps. Ces aspects auront autant d’impact sur l’auditoire que le discours en lui-même. Enfin, il faut peaufiner le support visuel pour capter l’attention de l’auditoire.

Après deux séances, les progrès sont manifestes. Pour Jérémy et Gabriel tous les chefs d’entreprises ont fait preuve d’implication; ce qui a contribué à la réussite de l’évènement.

Bienvenue au Startups Pitch Club

Startups Pitch Olivia
Olivia Hervy, Labs Manager et organisatrice de la soirée

Le jour J, l’heure H, la minute M, peu importe comment on l’appelle, le moment est venu. Devant un parterre d’auditeurs, la soirée commence. Olivia Hervy, organisatrice de l’évènement, prend la parole. Elle a voulu que cet évènement ait lieu pour mettre en avant les startups présente au sein du Labs. Pour l’organisatrice, le pitch est fondamental pour les startups, autant que l’est un business plan. Il doit être convaincant et percutant, raconter une histoire et passer le bon message. Il est essentiel de maîtriser cet exercice pour une startup.

C’est ensuite au tour du pitch master Jeremy Navon d’introduire les différents intervenants du “Startup Pitch Club”. Il est temps pour les fondateurs d’entrer en scène. Focus sur deux des 10 “pitcheurs” du soir.

Allan Benguigui, fondateur et CEO de Kaspr

Startups Pitch Kaspr
Allan Benguigui, fondateur et CEO de Kaspr

Kaspr, est un outil qui permet de trouver les coordonnées des profils Linkedin en temps réel. L’outil est simple et efficace, il permet de gagner du temps dans la recherche de prospects. Conscient de l’importance du pitch pour une startup, Allan Benguigui a tout de suite été prêt à s’investir dans l’évènement pour présenter son outil à des nouveaux clients. Le pitch doit aussi montrer à tous que le fondateur à une vision et qu’il a confiance en son projet. C’est dans cet objectif que le jeune entrepreneur a travaillé avec Pitch Masters pour préparer son “premier vrai pitch”. Selon sa propre expérience, ces deux séances de coaching lui ont permis de s’améliorer. Si l’apprentissage a été bénéfique, la soirée aussi aura été productive pour Kaspr, deux personnes ont été convaincues après le pitch et s’intéressent à l’outil. “Dans une entreprise, tous les collaborateurs devraient pouvoir porter le discours et la vision de la boîte, c’est d’autant plus important pour une startup comme Kaspr”. 

Sébastien Claeys, co-fondateur et CEO d’iPaidThat

Startups Pitch iPaidThat
Sébastien Claeys, co-fondateur et CEO d’iPaidThat

Le fondateur d’iPaidThat, possède au moins une certitude quant à son outil: il peut vraiment faciliter la vie des entrepreneurs. Il a constaté lui-même la lourdeur administrative des tâches de comptabilité et il sait le temps qu’elles font perdre. Avec iPaidThat, les factures sont automatiquement collectées et rapprochées avec les transactions bancaires. “Je veux faire comprendre aux entrepreneurs que notre plateforme peut les aider au quotidien. Quand on monte une startup on a plein de choses à faire, des clients à convaincre, des produits à améliorer. C’est dommage de perdre du temps sur sa compatibilité, iPaidThat sert à cela, à vous permettre de vous concentrer sur l’essentiel”. Le pitch de Sébastien est disponible ici.

La soirée de mardi a été un succès, les entrepreneurs ont pu améliorer leurs compétences d’orateurs et l’audience a été séduite. Mieux encore, des idées ont été transmises. C’est peut-être le maître mot à retenir de la soirée pitch: transmission. Durant cette soirée et sa préparation, les idées ont circulé. De la conception de l’événement par Olivia, aux pitchs des 10 entrepreneurs dont Allan et Sébastien, en passant par le coaching de Jeremy et Gabriel, la volonté de transmission était présente à chaque étape. Au-delà des considérations financières et mercantiles souvent associées au monde des startups, la soirée de mardi a montré qu’il est toujours possible de s’améliorer, et qu’il est nécessaire d’apprendre des autres.

Episode 2 pour les un an de WeWork Labs à Paris… ?

Raphael Alapini
Raphael Alapini
J'ai toujours aimé manier la langue française. Après avoir obtenu un baccalauréat littéraire et une licence de Lettres Modernes et Communication en Sorbonne, j'ai intégré un master Marketing et "Brand Content" dans une école de publicité. Depuis septembre, je mets à profit mes compétences littéraires en qualité de Content manager en alternance chez iPaidThat. Pour me contacter, vous pouvez utiliser cette adresse mail : raphael@ipaidthat.io. 01 86 65 19 43

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager