fbpx

Qu’est-ce que l’imputation comptable d’une entreprise ?

Accueil Comptabilité Qu’est-ce que l’imputation comptable d’une entreprise ?

Qu’est-ce que l’imputation comptable d’une entreprise ?

Vous êtes une entreprise en devenir ou possédez un établissement déjà établi ? L’imputation comptable s’impose à votre gestion, et ce, peu importe votre situation. Ce moyen d’enregistrement comptable extrêmement répandu est, en effet, à la fois perçu comme un allié, mais aussi comme une difficulté aux yeux des entrepreneurs.

Voyons la définition d’une imputation comptable et les avantages qu’elle apporte.

imputation comptable
Image modifiée issue de : storyset.com

Empêcher de perdre pied

S’il souhaite gérer et maintenir sa tenue comptable en bonne et due forme, le dirigeant d’entreprise doit d’abord enregistrer, puis consigner méticuleusement, toutes les opérations globalement réalisées. 

Ce regroupement des opérations n’a en réalité qu’un objectif : catégoriser soigneusement les mouvements de l’exercice dans le très réputé Plan Comptable Générale (ou d’autres plans comptables spécifiques). Ceci afin de ne pas perdre pied dans l’historique et la gestion des flux de l’entreprise.

Traduire la comptabilité dans le bon compte

L’imputation comptable traduit la technique générale de classification d’une comptabilité. Concrètement, cette technique sert à relier à un compte, l’opération qui lui correspond. 

Pour cela, il convient de suivre la nomenclature établie par le PCG. Celle-ci guide notamment les experts-comptables dans leur classement d’opérations. En particulier à l’occasion de l’affectation d’une variété d’opérations destinées à différents types de compte du plan comptable dont dépend l’entreprise. 

Idéalement, cette traduction s’accompagne d’une précision sans égale lors du traitement de l’information. Il vous faudra en permanence vérifier vos ressources et être en mesure de les retracer.

Obliger le suivi des entreprises 

À travers son obligation, l’imputation comptable est une aide qui peut être ressentie comme une certaine contrainte. Du côté de l’entrepreneur qui exerce sa comptabilité en étant accompagné d’un expert, aucun souci. En revanche, pour le dirigeant d’entreprise qui exécuterait sa comptabilité et les affectations de classe qui lui incombent, en l’absence d’un accompagnement expertisé, une marge d’erreur sera à prévoir. Ce qui rend nettement plus complexe le procédé de classification et par la même occasion, développe la crainte des dirigeants ! Alors… Comment faire pour ne pas se tromper ? 

Une précision d’exécution fondamentale

Cette gestion des imputations comptables doit être rigoureuse. Si l’imputation est incorrecte, le dirigeant s’expose à des sanctions. Le gestionnaire ne peut pas attribuer une opération au compte de son choix ou à celui auquel il pense que celle-ci correspond approximativement. L’opération doit à tout prix respecter le référentiel dédié ; auquel cas, elle risque d’être rejetée par l’Administration et en faire subir les conséquences (amendes et retard).

Attention à la confusion !

L’imputation comptable n’est que le prolongement de la saisie comptable. 

Transcrire une opération en comptabilité
Saisie comptable
VSChoisir et attribuer au compte adéquat
Imputation comptable

L’imputation comptable consiste donc uniquement à choisir un compte afin de relayer en comptabilité une opération dans l’entreprise.

La tenue comptable : une obligation ?

Légalement, toute activité professionnelle de vente ou de service, a l’obligation de tenir une comptabilité. 

Qu’il s’agisse d’une comptabilité d’engagement, de trésorerie ou bien d’un suivi comptable beaucoup plus alléger comme pour le régime réel simplifié (micro-entreprises, …) ; l’usage de l’imputation comptable est une pratique largement utilisée dans la rédaction de documents. 

Ses avantages ? Retracer et permettre la comptabilisation d’actif ou de passif de l’entreprise. 

Principalement :

Les activités revelant des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) : commerçant, artisans, …
Les entreprises relevant des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) : les professions libérales, …
Les établissements relevant du régime des Bénéfices Agricoles (BA)

L’obligation d’imputation comptable peut être effectuée par l’entrepreneur lui-même ou par son expert-comptable (ou service comptable). Excepté ces personnes, aucune autre n’est habilitée à la tenue et à l’imputation comptable d’une entreprise.

Imputation comptable : comment s’y prendre ?

1. Déterminez la nature de l’opération

Pour opérer une imputation comptable, il faut d’abord réussir à identifier la nature de votre opération.

Un exemple type : Un produit vendu est sorti du stockage de l’entreprise de manière définitive. La contrepartie de cette perte est un enrichissement lui aussi définitif (lié à un compte de gestion). 

Pour illustrer cela, prenons la situation d’une entreprise :

  • Qui vend un produit à une autre entreprise (transaction B2B)
  • Cet échange est acté par la facturation de la vente (facture de compte de gestion)
  • L’entreprise va généralement consentir à un paiement différé pour cette vente (jusqu’à 30 jours après réception du produit)
  • Ce délai étalé de paiement, engendrera une créance qui devra être réglée (lié à un compte de bilan)

2. Choisir le bon compte

Pour une seule opération comptable, une ou plusieurs classifications peuvent être envisagées. L’ordre des comptes donné par le PCG distingue ainsi deux catégories :

Les comptes de bilan 

Ils renseignent sur le patrimoine de l’entreprise 
Comptes des Classes 1 à 5 du PCG
Les comptes de gestion

Ils dépeignent le résultat réalisé au cours de l’exercice comptable 
Comptes des Classes 6 et 7 du PCG

3. Interprétez correctement, puis imputez au bon endroit

Vous avez déterminé l’objet de l’opération et défini le compte le plus pertinent pour celle-ci. Maintenant, il est nécessaire de la déplacer correctement (débit ou crédit). 

En effet, chaque mouvement comptable aura une signification différente selon la nature du compte auquel il appartiendra (compte de bilan ou de gestion) :

Concernant l’interprétation d’un débit sur un compte

Extraire sur
Un compte d’actif = noter une augmentation
Un compte de passif  = observer une diminution
Un compte de charges = noter une augmentation
Un compte de produits = observer une diminution

Par rapport à l’interprétation d’un crédit sur un compte

Ajouter à
Un compte d’actif = observer une diminution
Un compte de passif = noter une augmentation
Un compte de charges = observer une diminution
Un compte de produits = noter une augmentation

Les 8 classes du PCG

Adopté par l’Autorité des Normes Comptables (ANC), le PCG définit un classement normé pour les multiples transactions courantes d’une entreprise.

Il y a exactement 8 catégories de comptes comptables dans ce plan. Ces catégories reflètent des affectations prédéfinies selon leur origine.

Classe 1 : Comptes de capitaux

Il s’agit des comptes de capitaux regroupant les réserves, les emprunts et les dettes, les provisions, les comptes de liaison, etc.

Classe 2 : Comptes d’immobilisations

Ces comptes s’attachent aux immobilisations, comme les immobilisations incorporelles, corporelles, les amortissements, les dépréciations des immobilisations, etc.

Classe 3 : Comptes de stocks et en-cours

Les comptes de stock recueillent les encours de production de biens (y compris de dépréciation), les stocks en matières premières, fournitures, marchandises ou emballages, etc.

Classe 4 : Comptes de tiers

Il s’agit des comptes tiers qui concentrent notamment les dettes et créances (taxes dues à l’Administration telles que la TVA, les redevances sociales, etc.), les comptes de régulation, les comptes transitoires ou d’attente, etc.

Classe 5 : Comptes financiers 

Les comptes financiers rassemblent les valeurs mobilières de placement de l’entreprise, les virements internes, les banques et établissements financiers et assimilés, etc.

Classe 6 : Comptes de charges

Les comptes de charges représentent des charges telles que les variations des stocks, les charges financières ou exceptionnelles, les charges de participation liées aux salariés, les dotations aux amortissements, etc.  

Classe 7 : Comptes de produits

Ces comptes sont des produits. Ils consignent les opérations au titre de la production stockée et immobilisée, les subventions d’exploitation, les produits exceptionnels, les produits financiers, les reprises sur amortissements, etc.

Classe 8 : Comptes spéciaux

Enfin, les comptes spéciaux sont eux, exclusivement associés aux opérations d’engagements, aux résultats en instance d’affectation, au bilan, etc.

Pourquoi passer par iPaidThat ?

iPaidThat vous permet d’automatiser facilement la collecte, le classement et l’organisation de vos pièces comptables !

bannière_mag_blog_compta_8
Anouchka Ngb
Je m'occupe du contenu rédactionnel chez iPaidThat : magazine en ligne, presse, etc. Pour me contacter, vous pouvez utiliser cette adresse mail : anouchka@ipaidthat.io. 01 86 65 19 43

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Partager

💻 Découvrez dès maintenant iPaidThat pour automatiser votre comptabilité !
This is default text for notification bar